modeles.FR
 

 People I Marques I Tendances - Trends Mannequins l Cosmétiques l Shopping+ de CarolynI News IPhoto
Automobiles I Motos I Bateaux I ModeCinéma I Hôtels I  Voyages I Plaisirs de la Table I Bien être



 

SALON NAUTIQUE DE PARIS  2016
 

 

 

NOUVEAUTÉS VOILE


Le marché repart à l’international, et alors que les années précédentes avaient vu un florilège de « petits » bateaux débarquer à Paris, les chantiers reprennent cette année leur montée en gamme. Pas forcément en taille, mais certainement en finition, comme le prouvent les nouveautés Dufour et Jeanneau de l’année !

Bénéteau fait évoluer sa gamme best-seller avec les Oceanis 35.1 et 38.1, qui arrivent après le 41.1 présenté l’année dernière. Le leader mondial poursuit son développement vers le haut de gamme avec les Sense 51 et 57, qui ont véritablement convaincu les plaisanciers avides d’espace et de volumes, et lance cette année le grand Oceanis Yacht 62, témoin spectaculaire des ambitions vendéennes sur les marchés internationaux et aussi vitrine de leur savoir-faire. Le géant CNB 76 est d’ailleurs le plus grand voilier exposé au Nautic.


Bénéteau Sense 51

Jeanneau présente deux nouveautés typiques de la segmentation du marché : un renouvellement du SunFast 3200, baptisé R2, qui captera l’attention des centaines de coureurs pro et amateurs, et le grand Jeanneau Yacht 51, qui s’intègre dans cette gamme de voiliers aux finitions soignées, tout en bénéficiant de l’expertise industrielle du constructeur. Produits en série et donc proposés à des tarifs agressifs, les Jeanneau Yachts viennent en effet jouer les trouble-fêtes chez les spécialistes du haut de gamme jusqu’au Jeanneau Yacht 64.

Dehler, entré dans le giron du groupe Hanse, présente à Paris le nouveau Dehler 34, reprise des qualités du récent 41 salué par la presse comme étant un des voiliers de course croisière les plus homogènes de cette génération.


Dehler 34

L’Elan GT5 est aussi un grand voilier qui marquera l’histoire du chantier slovène présenté en Première Mondiale au Nautic. En partant de la carène de 12 m signée R Humphreys, le chantier l’a modifiée pour développer un bateau de croisière confortable et manœuvrable par un équipage réduit. X Yachts, puis J Europe ou encore JPK avaient inauguré la formule consistant à partir d’une carène de course pour en faire un voilier de croisière, et Elan reprend la formule sous cette nouvelle gamme GT, comme Gran Turismo.


Elan GT5

Le chantier historique Dufour, pionnier français de la plaisance moderne, débarque aussi au Nautic
en gamme, comme en témoigne sa nouvelle ligne Exclusive. Le Dufour 56 Exclusive par exemple, reprend toute l’ingéniosité du chantier, qui a été le premier à repenser entièrement l’équipement des cockpits ou la disposition des cuisines. Mais il y ajoute une finition de premier ordre, avec un vrai travail d’ébénisterie, des matériaux et des équipements jusque-là réservés aux superyachts.


Dufour 56 Exclusive

Chez les spécialistes du joli bateau comme Latitude 46, la tendance est aussi à voir plus grand. Témoin, le nouveau Tofinou 10 qui reprend les finitions et l’élégance de ses frères day-cruisers, mais y ajoute une vraie dose de volume et de confort pour la croisière.


Tofinou 10

Nouveaux venus à Paris, les néerlandais de Saffier présentent en exclusivité deux nouveaux voiliers de caractère, à la silhouette élégante et classique mais aux performances bien contemporaines, les Saffier Se 26 et Se 33. Imaginez un Tofinou à la sauce scandinave, avec un petit pare-brise…


Saffier Se 26

Autre spécialiste de la belle unité, Black Pepper présente son nouveau Code#. Les mêmes recettes néo-rétro, celles qui ont fait le succès du Code 0, sont reprises : carène moderne et performante sous une silhouette ultra classique, utilisation du carbone et de composites harmonieusement mêlés au teck et aux belles matières.


Black Pepper Code #

Fora Marine, qui lance les nouveautés à un rythme soutenu grâce à sa construction soignée en contreplaqué marine, présentera son nouveau RM970. Etrave inversée, aménagements volumineux et lumineux, carènes larges et performantes permettent à ces bateaux d’offrir une alternative personnalisée à l’offre des grands chantiers industriels.


RM 970

Même si les grands voiliers reprennent un peu la vedette cet hiver, les petits continuent leur conquête des sportifs et jeunes plaisanciers, comme le Maxus 24 QR, dont l’inédite quille relevable lui permet de se poser dans la plupart des petits ports Atlantique !

Ou le Seascape 24, qui fera ses premiers pas parisiens et qui concilie performance dans le petit temps et habitabilité pour 4 équipiers sportifs, tout en restant facile à tracter derrière une petit Jeep® et à mettre à l’eau simplement sur une cale. Le retour de la simplicité certes, mais qui affole les chronos quand même !


Seascape 24




MULTICOQUES

Le Nautic, dernier Salon organisé au cœur d’une capitale, voit chaque année ses contraintes logistiques augmenter : convois impossibles sur les boulevards extérieurs, contraints par les hauteurs de pont sur le périphérique… et les multicoques sont de plus en plus gros ! Cet hiver, nous verrons les plans définitifs du nouveau 47 pieds et le récent Fountaine Pajot Lucia, dernier modèle lancé au cœur du segment très actif des 40 pieds, son concurrent direct chez Lagoon, le 42 déjà primé à plusieurs reprises et la plupart des « petits » multicoques du marché.


Fountaine Pajot 47


Lagoon 42


VOILE LÉGÈRE

Tout le monde veut voler, les kite-surfers certes, mais aussi les planches à voile, les catamarans de sport, même les concurrents du Vendée Globe ! Le foil est devenu l’objet de toutes les attentions, des bureaux d’étude de l’America’s Cup jusqu’aux surfers, mais aussi de tous ceux qui ont découvert qu’être en l’air sans subir le clapot tout en allant trois fois plus vite était grisant. Difficile de revenir en arrière…

Flying Phantom, le pionnier du catamaran volant présente une version plus accessible, moins chère de son best-seller, l’Essentiel. Les grands du secteur ont aussi leurs développements sur foils, comme Whisper, ou encore Hobie Cat qui prépare sa réplique. En attendant, les nouveautés volantes fleurissent comme le Easy To Fly, développé par l’équipe de Jean-Pierre Dick et Guillaume Verdier.
La voile légère traditionnelle, donc les bateaux qui naviguent dans l’eau et non pas au-dessus, souffre un peu de cette révolution. Néanmoins, de nouvelles carènes arrivent cette année encore, comme le VX Evo de Ovington, petit frère de l’excellent VX One. Avec RS Sailing, les britanniques sont décidemment les plus prolixes dans cet univers !


Flying Phantom


Hobie Cat


Nacra


Easy to Fly


Les technologies de structures gonflables, et plus particulièrement le très novateur Tiwal, ont aussi provoqué une vague de projets et de nouveautés gonflables, comme le HappyCat Evo.


GLISSE

Le foil fait là encore des ravages : toutes les marques de planches à voile ou de planches de kite proposent des kits de foils ! Autour du Spot Nautic, désormais installé à l’entrée du Hall 1, tous les nouveaux Stand Up Paddle de BIC Sport, Hobie, Sroka et Fanatic. Mais aussi des planches à voile, qui bénéficient de l’engouement pour le SUP pour revenir en force sur le marché (pagayer quand il y a du vent, quel dommage…), les univers de la glisse, kite, wake et les derniers kayaks et engins hybrides en tous genres. Notons à ce propos chez Hobie le Mirage Stand Up, un surf hybride entre vélo elliptique et planche de SUP, propulsé par le désormais légendaire système d’ailerons mobiles de la marque.


Paddle Bic Sport


Mirage Stand Up Hobi


Tendance chez les SUP, les planches mixtes qui permettent donc de profiter du vent plutôt que de lutter contre lui, et toujours une segmentation et une spécialisation des boards suivant leur usage : vagues, randonnée, eaux abritées, downwind, course, yoga ou fitness. Et là encore, les technologies de structures gonflables ont permis à des milliers de pratiquants de mettre leur planche dans un simple sac !

 

 

 

NOUVEAUTÉS MOTONAUTISME
Le motonautisme reste le premier secteur de la plaisance, dans le monde encore plus qu’en France.

Comme chaque année, Odile Decq, Philippe Starck et les journalistes spécialisés récompensent les meilleurs design lors des Nautic Design Awards, témoignant des efforts constants de l’industrie pour non seulement innover, mais aussi soigner le design de bateaux dont on sait aujourd’hui qu’ils resteront dans notre paysage beaucoup plus longtemps qu’une automobile !

OPENS, RUNABOUTS, PÊCHE

Bénéteau. Le leader mondial renouvelle la gamme Antares avec les nouveaux Antares 7 et 8, archétypes du pêche-promenade à la française, donc matinées de savoir-faire vendéen, d’influence scandinave et italienne...


Jeanneau de son côté poursuit le développement de sa gamme Cap Camarat avec les 5.5 et 6.5 BR, pour Bow Rider. Cette dénomination fait référence à un plan de pont très populaire aux USA, ou toute la pointe avant est occupée par un salon en plein air, auquel on accède par une ouverture dans le pare-brise.

Les Jeanneau Merry Fisher 795 Marlin (nouveauté 2016) et 895 (qui dispose de deux cabines en option !) seront aussi de la fête parisienne. La série Marlin se caractérise par une silhouette scandinave avec pare-brise droit et distribution des espaces adaptée à la pêche. Mais si les Botnia Marin (qui d’ailleurs présente à Paris son dernier Targa 30.1, évolution d’un bateau devenue la référence du genre) ou autres Minor et Nordstar visent une clientèle haut de gamme, les Merry Fisher Marlin de Jeanneau et les Barracuda de Bénéteau chassent sur les mêmes terres mais avec des tarifs agressifs tout en reprenant tous leurs codes esthétiques.

Le concurrent américain Brunswick renouvelle sa marque Quicksilver et dévoile plusieurs nouveautés de sa gamme Activ aux parisiens : les 505, 555, 605 et 675 Sundeck et Open, mais aussi le joli 755 Cruiser. Design résolument dépoussiéré et épuré, fabrication en Europe et tarifs également très attractifs font de ces nouveaux


Quicksilver 505


Quicksilver des concurrents sérieux aux offres du groupe Bénéteau. Tout comme les autres productions polonaises présentes à Paris comme Pacific Craft ou encore Parker !

Ce même groupe américain, que désormais les vendéens affrontent directement sur leur marché avec leur filiale REC boats (Wellcraft, Scarab, Four Winns, Glastron), renouvelle aussi l’ensemble des produits de Bayliner avec de nombreuses nouveautés comme les Element E7 ou VR6, dotés de plans de pont inédits et toujours affichés à des prix agressifs.


Bayliner VR6

Spécialiste du semi-rigide, BWA dévoile à Paris une nouvelle gamme de coques rigides au design moderne dont le premier opus sera le BWA X199.


BWA X199


Chez les néo-retro et autres bateaux de designers, Invictus, la nouvelle marque signée du designer Christian Grande, présente à Paris son nouveau 370 GT. Design marqué avec son étrave inversée, aménagements soignés et finitions remarquables font de ces bateaux de vrais œuvres d’art. Mêmes valeurs, soins du détail et sens esthétique chez Clear, qui dévoile son Aries Cabin.


Invictus GT 370


BATEAUX DE GLISSE

Grâce à l’intégration de REC Boats, le groupe Bénéteau a désormais un solide pied sur ce marché essentiellement nord-américain, mais qui gagne des aficionados partout dans le monde. Nouveauté 2017, le Scarab Open 195 fait partie des bateaux spécialement conçus pour les sports de glisse comme le Wake board, le Wake surf ou le ski nautique. Son nouveau petit frère 165 Ghost fait quant à lui des efforts pour devenir accessible à tous, avec un hydrojet Rotax de 150cv qui lui donne déjà un solide caractère.


Clear Aries Cabin


Four Winns, Glastron, Malibu, Ski Nautique ou encore Mastercraft disposent tous de bateaux conçus spécifiquement pour ces pratiques de plus en plus populaires.


VEDETTES
Si le salon de Cannes est devenu le premier rendez-vous de la grande plaisance et des grands yachts, accès maritime aidant, Paris attire toujours chaque hiver de très belles unités acheminées par convois exceptionnels… comme la toute nouvelle Ferretti 450, fer de lance de ce groupe italien
légendaire qui regroupe aussi les marques Riva, Itama, Mochi ou Pershing, autant d’icônes du savoir faire italien. Ferretti revient à Paris avec une grande unité !


Ferretti 450

Chez Jeanneau, décidemment très actif cette année, une nouvelle Leader 33 sera présentée en Première Mondiale. Faisant suite à la très réussie Leader 30 lancée à l’automne, la nouvelle reprend tous les ingrédients du succès : design moderne mais silhouette classique, intérieur volumineux avec deux cabines indépendantes, grande salle d’eau, cockpit ouvert et bain de soleil à l’avant, le tout sur une carène signée Michael Peters.


Galeon 360 Fly

Face à ces marques légendaires, le groupe Bénéteau fait feu de tout bois avec les gammes Monte Carlo, les séries MC, et le cousin Prestige joue la carte des emménagements et de la polyvalence. Les polonais de Galeon ont eux aussi trouvé leur vague, avec un design fort et des choix de finitions infinis, une construction sérieuse et quelques astuces ergonomiques innovantes comme les pavois basculants de la nouvelle Galeon 460 Fly. A Paris sera aussi dévoilée la Galeon 360 Fly disposant de trois cabines.

Difficile aujourd’hui de séparer les vedettes planantes des trawlers, tant les architectes travaillent à brouiller les pistes : il y a maintenant de nombreux trawlers disposant de coques planantes, comme les Bénéteau Swift Trawler, ou de vedettes conçues pour naviguer loin sans planer… ou les deux ! Dernier témoin très intéressant de cette tendance, le Delphia 1150 Voyage. Construit par un chantier polonais spécialisé dans les voiliers de croisière, le 1150 Voyage mêle esprit trawler avec coque semi-planante, superstructures et silhouette de timonier finlandais, aménagements de voiliers compatibles avec le fluvial, bref une sorte d’hybride cumulant les avantages de toutes les formules !


Delphia 1150 Voyage

Rhéa, le chantier qui a lancé la désormais célèbre ligne de pêche-promenades à la silhouette de petit chalutier et aux coques joliment frégatées, repense son 35 Open en lui donnant un vaste espace modulable à l’arrière et des emménagements luxueux.


Rhéa Open 35


SEMI-RIGIDES

Toujours spectaculaires, les grands semi-rigides italiens reviennent en force au Nautic, dans les halls 3 et 4, et les motoristes présentent leurs offres package dans le Hall 2.2. Mais les français sont toujours bel et bien présents et innovants !


Le groupe Zodiac fête ses 120 ans avec le MK2 Heritage, premier pneumatique néo-retro lancé en série limitée pour la sortie du film L’Odyssée. Avec sa carène gonflable et ses finitions soignées, il reprend en effet les traits de ce bateau historique qui a bercé d’innombrables vacances de français, et servi de bateau à tout faire dans toutes les grandes expéditions autour du monde. la Jeep Willys des français… La gamme Zodiac Pro est entièrement renouvelée, avec nouvelle carène, cockpit autovideur, configurations multiples, choix du matériau des boudins, mais toujours la possibilité de détacher ces derniers de la coque pour les changer ou les réparer ! Chez le cousin Bombard, apparition du Sunrider 700, navire amiral de cette gamme destinée aux loisirs.


Zodiac Pro


Zodiac MK2 Heritage


Sunrider 700


Lomac 10.5 Gran Turismo


Highfield 860


Helios 25


Parker 1000 GT


Pour défendre les couleurs du groupe Zodiac en haut de gamme, Avon lance un nouveau modèle 850 GT (pour Grand Tender, histoire d’affirmer son appartenance au monde de la Grande Plaisance) à l’élégance et aux équipements inédits, comme un contact par empreinte digitale et une connectivité sur mobile.

Toujours allié au motoriste Honda, le constructeur australien Highfield (mais dont la distribution en France est bien assurée par des finistériens) propose une gamme de semi-rigides à coques aluminium. Cette année, Highfield est fournisseur officiel du Vendée Globe, et a développé à cette occasion une série limitée de bateaux aux couleurs de la course, le Patrol 860, qui rythmera l’hiver 2016 !


Pro Marine, qui a développé sa gamme Manta depuis plusieurs années, dévoile au Nautic un tout nouveau Helios 25 au programme affirmé : grand carré arrière, échelle à l’étrave, bimini se déroulant depuis le roll bar et couleurs claires pour ne pas se brûler au soleil. Les ténors italiens du semi-rigide méditerranéen sont clairement visés par ce nouveau venu breton bien construit et élégant.

Petit frère du Lomac 10.5 Gran Turismo présenté en 2015, le Lomac 8.5 Gran Turismo est aussi une belle synthèse de ce savoir-faire italien : design, carène affutée pour le clapot méditerranéen, finitions remarquables et ergonomie bénéficiant d’années d’expérience. Plus petit, l’Adrenalina 7.0 joue aussi le petit frère modèle, avec un design et des finitions remarquables pour un pneumatique de moins de 7m.

Déjà connu en France pour ses bateaux rigides, Parker est aussi un fabricant réputé de semi-rigides à l’international. La marque présente à Paris le nouveau 1000GT, bateau prisé des professionnels, aménagé ici de façon luxueuse avec pont en teck reconstitué et sellerie claire.


Capelli, traditionnellement allié au motoriste Yamaha, poursuit le développement de sa gamme Tempest avec le 40, tandis que Joker dévoile son premier semi-rigide habitable avec le Clubman 35, qui dispose d’un cabinet de toilettes indépendant et d’une belle cabine éclairée par deux hublots. BWA présente un 30 Premium habitable après son récent 34, particulièrement soigné, sur un marché du gros semi-rigide décidemment très actif avec le lancement du nouveau Nuova Jolly Prince Sport Cabin 33… Avec les Lomac, ce sont au moins 6 nouveautés habitables qui seront présentées par les Italiens au Nautic !


BWA Premium 30


Capelli tempest 40


Valiant, la marque pneumatique de Brunswick, modifie ses plans de pont pour offrir plus d’espace aux pêcheurs et autres sportifs. Les grands bains de soleil, c’est bien au soleil mais pour la pêche ou le sport, cela prend de l’espace !


Le ZAR 85 Sport Luxury, dévoilé à Cannes, vient séduire les parisiens avec sa ligne épurée et ses couleurs sombres qui tranchent avec le traditionnel blanc et gris de la marque. ZAR lance aussi une nouvelle gamme à la conception plus simple, destinée à servir d’annexes.


ZAR 85 Sport Luxury


Le Selva 600 Endeavour quitte lui aussi sa robe claire pour du gris du plus bel effet. Les moteurs Selva, basés sur des blocs Yamaha, forment ainsi des packages particulièrement intéressants et Made In Europe, avec ces pneumatiques élégants.